FEU

 

…Je restais en silence.
Je ne peux plus empathier avec personne.
Pas ici, par sur ce monde.
Ça date depuis qu’on m’a fait comprendre – que les cruautés et les actes de sadisme infligés à vivre par un gouvernement à une personne peuvent être pires que la simple mort.
Combien des fois, le passé – j’appelais la mort – « vienne… ! »
…Je ne continuerai pas ici de cette pensée : lynchée par la populace j’étais déjà et il me servirait à rien un lynche supplémentaire.
Pourtant…
Il est une chose très grande à dire.
Une chose monstrueuse dans sa vérité.
Une chose.

…Avec l’horreur, je me rends compte – qu’ainsi les faits comme l’existence des perversités et des traitements sadiques des Witches par un gouvernement & les institutions patriarcales internationales – que les faits comme celui qui a eu lieu hier soir…
Sont étroitement liés.
Comme liés par un fil du fer.
Un fil no-breakable.

 

***

 

Les individus qui ont massacré hier une centaine des personnes à Paris ne l’ont pas fait parce que « I’m frustrated with my life, I don’t like you, I’ll shoot you », comme le faisaient ceux qui – portés par la rage contre l’injustice sociale et contre leur propre abaissement – brûlaient il y a certain temps les voitures.
Au moins deux de ces individus ont fait ce qu’ils ont fait pour baiser les vierges au paradis – et pour permettre à ceux qui les ont entraînés, préparés – mentalement, psychologiquement, physiquement – d’avancer dans leur action de prise du pouvoir sur un peuple obéissant, endoctriné, assoupi et « qui ne s’attend de rien », avec son président compris (quant au peuple, je suis sûre de ce que je dis – mais quant à président, les mots peuvent être traités comme une ironie : le président « sait », mais s’en fiche sincèrement car perdre une centaine ou quelques milles des êtres humains signifie rien en comparaison avec le but précis qu’il a à atteindre. La viande pour le canon n’est que de la viande : et c’est la phrase importante dont l’importance je vais répéter dans plusieurs textes, aussi à premier coup d’œil restant pas en rapport – et qui concerneront pourtant, eux tous, toutes les « victimes » du système où « l’autre » ne peut faire que ce rôle-là.
Le rôle de – la viande).

 

LES AGRESSEURS

Hier dans la télé publique et contrôlée par le gouvernement – que j’ai eu à regarder exceptionnellement – étrangement, au cours de tout le reportage des lieux des crimes – AUCUN journaliste, AUCUN reporter – ne tente d’effleurer ni par une seconde du sujet « QUI SONT LES AGRESSEURS ».
Les simples mots : « hommes » se répétaient à chaque fois quand il n’y avait plus de la façon de glisser par ce point pour passer à l’autre : c’est à dire celui des victimes et de ce qu’on voit autour.
Cela est une chose qui n’arrive jamais dans les relations des lieux des crimes, autant plus quand il s’agit des massacres massives. Devrais-je m’étonner « pourquoi » le sujet a été continuellement « overlooked », pourquoi aucun journaliste n’a eu de réflexe de toucher cette question – ce qui devrait se faire spontanément pendant un longue reportage…?

Par contre, dans le programme, on a le président.
Dans les conditions normales ce serait naturel – mais là, il s’agit du même président dont le gouvernement, suite d’un processus-éclair comme un Blitzkrieg, a « invité » en pratique les tueurs en France – et qui n’a pas de la honte de se montrer une fois de plus dans le rôle de « l’autorité » – ici attristée, et qui – comme la tradition le veut – ne prend d’aucune responsabilité pour ses décisions précédentes et ses propres actions.
Il fait un speech pendant lequel les spécialistes de la télé montrent au peuple les grandes lettres s’affichant sur l’écran – et dans lesquels les mots « INSTRUCTIONS » et « LES AUTORITÉS » sont les mots principaux.
(Serais-je la seule ici pour laquelle le mot « autorité », employé aujourd’hui encore par le gouvernement et les pouvoirs politiques, qui de la dite « autorité »… ne possèdent plus, et qui durant des années entières réalisaient l’œuvre de « renforcement du système patriarcal en train de s’écrouler », par l’élément musulman amené des cultures de l’appropriation des certainEs êtres humainEs par les autres – est un mot risible et engendrant la réaction de la révolte… ?
Le lien entre ce qui se trouve écrit en haut et le massacre de hier –
est-il vraiment jusqu’au ce point inapercevable… ?!)

La politique de « renforcement du système patriarcal se trouvant en décline » par les pouvoirs patriarcaux toujours en place en France est la chose claire et visible sans besoin d’utiliser des lunettes ou d’une loupe. Les barbus mentaux se maintenant au gouvernail ont une réelle peur des « facteurs féministes » et de la transformation sociétale en cours, dont ils sont conscients – et qui mène à l’égalisation des « forces » et des pouvoirs de tous les êtres humains – donc à la perte du pouvoir par eux-mêmes. Si on n’est pas conscient de cela – et si on ne se rende pas de compte quel « choc » et quelle perte de la valeur attribuée à eux-mêmes par les hommes au pouvoir, s’associent avec la transformation de la société dans laquelle les « valeurs familiaux » et le contrôle des « familles » (mieux lire : des femmes) par le gouvernement ne seront plus une arme de ce dernier – on ne peut effectivement pas voir du lien dont je parle dans le précédent paragraphe.

L’imagination d’une folle féministe… ?
C’est le gouvernement, qui est fou et qui il y a quelques années – étrangement et précisément aux mêmes moments où les mouvements féministes les plus inattendus ont commencé à réclamer les droits des femmes – a commencé de sa part à « renforcer » sa politique pro-familiale par afficher les mots de bienvenu pour toutes les « familles » avec les femmes aux têtes voilées et pour les « couples » composés en style « mâle et quatre femelles ».

La réalité dans laquelle tout, ABSOLUMENT TOUT – était mis en dépendance des forces décisives des hommes – des pouvoirs patriarcaux, religieux et ensuite pouvoirs politiques des pays – est une réalité que ce monde subit depuis les époques, il ne se rappelle même pas d’une autre et ne veut pas de l’imaginer. Peut-on s’étonner que – suite de la naissance des plusieurs mouvements féministes, beaucoup plus qu’avant et beaucoup plus dynamiques que c’était dans le passé – le pouvoir patriarcal des porcs orwelliens a réagi par une vraie hystérie et affolement, et – comme voir un barbu religieux en puissance est toujours meilleur que voir une femme européenne qui tout à coup se sente « valide indépendamment de l’avis de l’homme » – a commencé de remplir les rues de la capitale et les logements sociaux par un « allié venu des régions où la religion du pouvoir masculin » est la plus puissante… ?

Amenez-les encore, monsieur le président… ! Amenez les criminels de sharia, qui n’est pas elle-même très éloignée de votre human législation, amenez-les bien entraînés et bien préparés à la guerre contre tous et surtout toutes les insurgées qui se révoltent pour leur liberté en Europe, cette liberté ne pouvant s’exercer que si on finira avec un système gouvernemental et patriarcal, amenez-les bien barbus ou avec les barbes astucieusement rasées, amenez les, favorisez les « familles » à plein d’enfants et les personnes qui – comme la religion le veut – ne font que de se reproduire, subventionnez – comme vous le faites – leurs institutions religieuses, leurs instituts « de la culture » antiféministe et les mosquées…!
Amenez-les… !
…Jusqu’où les mots de l’artiste qui m’a dit de devoir bientôt quitter son atelier et son appartement à Bercy suite de – un exemple parmi pleins d’autres – passer chaque jour parmi les musulmans barbus qui la toisent des regards louches, et après protester contre le voilage des fillettes de trouver les couteaux ensanglantés sur son essuie-pieds devant la porte, ne devront être les mots de tous et toutes, amenez-les : pendant que vous continuez de discriminer au pays les femmes de l’Europe, amenez les musulmans – et dans la télé nationale, continuez à vous présenter comme une « autorité » qui fera une bonne impression après les massacres… !

Dans tous les cas, toujours ce seront « ceux du Bataclan » – qui le payeront*.
__________________________________

 

B-WITCH ¥, PARIS – 14 NOVEMBRE 2015.
Photography: THÉÂTRE DE RÉVOLTE.
* …Dit aussi clairement par A. Mickiewicz dans sa « Reduta Ordona », déjà en 1832… (www.facebook.com/balladyna.detempete/posts/526858270814076).
NOTE À L’ARTICLE: la critique de l’islamisation / musulmanisation flagrante du pays européen, autant qu’une démarche antiféministe et la tentative de “sauver le pouvoir des hommes” par… “équilibrer” les forces qui commençaient de ne plus être “avantageuses”, n’a rien à voir avec le thème de l’accueil des migrants-réfugié(e)s de la guerre en Syrie. L’islamisation et le retour à la soi-disant “culture” patriarcale (musulmanisation / religialisation) des grands territoires de Paris – comme les parcs des logements sociaux de la Cour Saint-Émilion près de Bercy ou les rues des prières parmi les boucheries musulmanes à Barbès – continuant depuis beaucoup plus longtemps que la date de l’arrivage des premiers réfugié(e)s.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s