RÉFLEXIONS SUR LE SENS DE L’INVIVABLE (« TOUTES LES FRONTIÈRES, CHACUNE CRÉE PAR LE POUVOIR HUMAIN QUI SE VOULAIT UN TOUT PUISSANT BOURREAU… »)

Publié: 30/04/2016 dans MANIFESTE ARTISTIQUE DE BALLADYNA, TEXTES POLITIQUES, THÉÂTRE... ET LA VIE, WRITINGS ON ART

 

« TOUTES LES FRONTIÈRES, CHACUNE CRÉE PAR LE POUVOIR HUMAIN QUI SE VOULAIT UN TOUT PUISSANT BOURREAU – ET QUI APRÈS LA GUERRE SE RÉVÉLAIT N’ÊTRE QU’UN GUIGNOLE DE L’IMPUISSANCE, TOUTE LA PRISON, TOUS LES CRIS DE LA RAGE QUI DEVENAIT SACRÉE PARMI LES MURS… »
RÉFLEXIONS SUR LE SENS DE L’INVIVABLE

 

« MYSLI I POGLÀDY POCHODZÀCE Z TRZECIEGO WYMIARU –
SÀ PO PROSTU ENERGIÀ, KTORA CZEKA NA TO, BY UZNAL JÀ
JAKIS RECEPTYWNY STAN UMYSLU.
Jestescie Tworcami.
I zaczynacie rozumiec, ze jako Tworcy, mozecie zmienic siebie i wasz swiat.
Na tym polega ODEBRANIE z powrotem waszej mocy.
(…)
Kazda dusza opracowuje przed wcieleniem plan, zgodnie z ktorym majà pojawic sié w danym zyciu TE doswiadczenia i relacje, ktore uznaje ona za konieczne na drodze swojej ewolucji.
Niektorzy « zapominajà » o tych planach, gdy tylko zejdà w géstsze energie.
Ale wiékszosc pamiéta.
…Wielu z was zdecydowalo sie doswiadczyc koszmarow (…) – i zastanawiacie sié, dlaczego tak sie stalo. Bardzo wazne jest, abyscie zrozumieli, ze przed inkarnacjà dusza czésto wybiera w swym planie zyciowym doswiadczenia, jakie posluzà ponownemu uaktywnieniu okreslonych energii, ktore majà zostac uwolnione ».

/ »Certains de vous ont pris la décision de vivre et d’avoir l’expérience des choses qu’on considère invivables (…) – et vous réfléchissez pourquoi cela a été ainsi. Il est très important de comprendre qu’avant son incarnation l’âme souvent choisit dans son plan de la vie les expériences qui serviront à la (re-)activation des certaines énergies, qui devraient être libérées » {pour la réalisation de ce plan – ndB-W}/.

 

image

 

…Serait-elle donc, la force qu’il fallait utiliser pour « ré-activer » dans mon âme et dans mon corps les énergies nécessaires prévues pour la réalisation des choses dans cette vie, serait-elle donc, cette force tellement grande – donc les cauchemars et les « invivables vécus » tellement cruels et invivables – puisque sans elle je m’aurais peut-être allongé à terre, dans une bienaisance repue, sans même de la moindre pensée révolutionnaire, et sans un rêve que ce monde se transforme, change et avance…?

Ou, peut-être, les cauchemars étaient-ils tellement monstrueux, les « invivables vécus » tellement cruels et invivables, puisque les choses à faire, prévues avant, et qu’il faudra donc réaliser – devraient être dans la vie, celle-là, aussi proportionnellement grandes…?
On ne propulse pas d’une balle qui devrait s’arrêter tout à côté
en y utilisant une force que l’on y mettrait pour celle qui devrait voler très loin,
telle une fusée à la vitesse supersonique, ne plus jamais arrêtable…

 

image

 

image

 

Toutes les frontières, toutes les prisons – toutes les persécutions à la perversité inimaginable suivant chaque acte de les dépasser et de se retrouver en liberté des actes, tous les cris de la rage qui – après les années, dans l’autre réalité qui suivait la malédiction première – devenait sacrée parmi les murs, et tout le temps de l’impossible imposé par un pouvoir scabreux – aurait-cela été donc une organisation des choses exprès, pour savoir, dans cette vie-là, qu’est ce que vivent sur la Terre ceux que le monde des humains psychologiquement malades* – s’efforce à condamner à l’enfermement et à l’impossible dans quelque soit la forme…?

* …d’une maladie qui se nomme « le pouvoir » et qui s’en prend – selon le modèle – aux anciens et/donc actuelles victimes (les politiques au passé d’enfant plus que « difficile », les soi-disant « chefs » des familles, des sectes, des religions et des nations, ainsi que les bourreaux et les autres malheureux de tous les genres… La règle inchangéable: il s’agit toujours des individus restant eux-mêmes – dans le « maintenant » ou dans leur passé – dociles vis-à-vis d’un « pouvoir », des « suiveurs des ordres » de leurs propres bourreaux ou de ceux qui se voulaient leurs « seigneurs » – …ces personnages-là, dans un « ailleurs » ne font que de reproduire le schéma des automates crées par le patriarcat; ils rêvent donc et ils deviennent: les tyrans, les auto(psycho)crates, les psycho(auto)pathes et – là où ils arrivent de le faire – les donneurs des ordres – sans coeur, sans pensée, sans lucidité, sans projection dans l’avenir)…

 

Le boycott de la Witch – donc pas une humaine – par les « autorités » usurpatrices de cette Terre (grâce à avoir eu ce vécu, le mot « autorité » ne peut d’ailleurs aujourd’hui que de m’apparaître dans toute sa vérité: burlesque, compromettant et déraisonnable), toute la silencieuse ou perverse, jouissive, malheureuse violence (ceux qui se veulent les bourreaux sont toujours les êtres malheureux qui essaient de jouir comme ils le peuvent, désespérément), toute la réalité vécue où de se trouver – seule, parmi les cents des autres – ‘SANS DROIT…!’, avec un et les milles des: ‘TOI – NON…!’, ‘AU BÛCHER AVEC CELLE-LÀ…!’, ‘LES AUTRES ONT LES DROITS: MAIS PAS TOI – LES AUTRES, CELA SIGNIFIE ‘LES NÔTRES’…! » (je me rappelle encore les visages/gueules des servants aux ordres de ceux et celles-là, leur attitude de la soumission vis-à-vis du « plus grand dans la hiérarchie », leur impuissance ne se résultant que de la cowardice et leurs respirations de soulagement après l’ordre exécuté de l’envoi de la Witch en enfer, le danger que le « seigneur » serait donc mécontent se trouvant désamorcé) – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?

Par ces moyens honteux – dont utiliser ne se recule pas le « pouvoir » – la mise en solitude parmi les « tous », cruelle, forcée, et en même temps la condamnation à voir sa vie attaquée et envahie par la présence des humains-monstres –
ces deux composantes faisant que durant les époques de la vie qui s’ensuivent après il n’y a plus de la porte séparant du monde humain et qu’on pourrait ouvrir encore, et que l’on voudrait ouvrir – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?
À la place de la beauté – vue depuis l’enfer toujours de loin, car celle-là ayant dans chaque vie sa source dans la liberté – la réalité des créatures répugnantes: leurs pensées, leurs bruits, les regards, la bêtise, les images des épouvantails et des ogres – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?
Peut-être… suite de ça, devais-je comprendre ce comment naît la haine – pas cette « en théorie » mais la véritable haine physique – pour la laideur humaine – et la haine la plus simple pour les hommes-monstres, peut-être avais-je dû appréhender la répulsion et les rêves exterminatifs dont la cible devient la laideur des humains-monstres, peut-être avais-je dû concevoir comment et suite de quelles affres vécues, dont source toujours est la même – naissent dans l’esprit et dans le coeur les idées des crimes commis massivement sur les monstres – qui, même dans toute leur impuissance – restent toujours puissants de leur laideur: celle des humains-monstres…?
Comprendre la règle qui – dans toute histoire du monde visible – a décidé, à multiples reprises, des exterminations massives des peuples…?

 

image

 


L’enfermement dans l’impossible – désespérant, enrageant – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?
La pseudolibération – après que le « pouvoir » usurpateur était arrivé pourtant déjà au but de son oeuvre: la destruction et son prolongement – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?
Les descentes en enfer – d’abord directes, car l’enfer était là, direct sur place, ensuite également dans un train crée des apparences – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?
S’approcher à- et connaître les réalités de la négation des droits les plus simples d’un être vivant – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?
L’infasabilité, l’inexécutabilité, l’irréalisabilité organisé par un « pouvoir », toujours ce même – de la création – pour devenir comme une Folle-Dingue, une
Dieu de soi-même, et une Furia crachant de la couleur Rouge et Noire – celle du Changement – partout où son regard tombe, et pour laquelle une seule chose qui ferait que sa vie puisse désormais avoir le sens et de laquelle elle peut dépendre est exactement celle-là: la Création – serait-ce, aussi, pour en avoir de l’expérience…?
Réalité de la destruction et de l’horreur engendrées suite de la prise du pouvoir, malgré toute la révolte, sur le corps et l’âme par quelqu’un d’autre – serait-ce pour en avoir de l’expérience…?
Pour savoir de se révolter, pour voir qu’est ce que « le pouvoir » est vraiment, et qu’il pue, affreusement, de son propre intérieur – serait-ce pour avoir en inconditionnel et pour toujours sa propre indépendance – et pour savoir en avenir que là où l’on pensait qu’il y ait un « pouvoir » – il ne s’y trouve qu’un triste, malheureux et regrettable guignole: et pourtant que c’est en dépendance de ces guignoles-là, ou des autres qui les ressemblent, vit encore aujourd’hui la plupart des individus et des nations de ce monde…?

Se demander pourtant:
« Comment cela se fait – qu’eux, de leur part, n’essaient ni de sortir de la prison dans laquelle on les a enfermés et où on les retient, ni de se rebeller, ni de vivre autrement…? »
Se le demander – et, suite de voir les conditionnements en réel et les consécutives éléments de pile décidant du processus de la formation du mental humain – en connaitre, hélas, bien la réponse…?

Suite des efforts presque surhumains de la prise du pouvoir par une force exterminatrice, humaine, automatisée, et qui ait mal tournée – savoir qu’est ce que d’être volée du pouvoir décisif sur sa vie, ses rires, ses cris, ses larmes, son corps – et donc sur son esprit – pour savoir qu’est ce que cela signifie pour ceux qui, les siècles durant, doivent vivre le même dans quelconque forme – et pour regagner ensuite, après l’enfer dans lequel on a été jeté, et après la prison, et après que les murs bâtis par la force usurpatrice tombent – tous ces pouvoirs en multiplié, la liberté absolue, pour reVenir en UniVers de la puissance indépendante des efforts de qui ce soit et de la circonstance de quel qu’elle ne soit genre…?
Savoir qu’est ce que d’être privée de tout – et créer de rien, là où le rien aurait tué les êtres humains sans cette préalable expérience…?
APPRENDRE – ET DONC DE LE SAVOIR – CRÉER DE RIEN: ET DE LE FAIRE ENSUITE AVEC LES MOYENS PUISSANTS, CAR SAVOIR DÉSORMAIS QU’IL EST POSSIBLE DE CRÉER TOUT – DONC AINSI L’OEUVRE ELLE-MÊME, QUE CE QUI REND RÉEL SA CRÉATION, SA RÉALISATION ET SON EXISTENCE…?
Descente à l’enfer – serait-elle, elle-même, pour en avoir de l’expérience…?
Pour connaître – et pour être consciente des choses qui ont lieu dans ces endroits-là, partout dans les endroits de la planète où « la règle » qui y règne, depuis les siècles, persiste la même – et pour transformer la réalité qui devrait être transformée…?
On ne peut pas métamorphoser d’un univers – ni même à rêver de le faire – si on ne connait pas de son contenu et si on ne sait pas à quoi ressemblent les choses concernées par le changement…

 

 

Savoir – que toute la torture que les peuples et les individus, humains ou pas, vivent sur la Terre, toutes les horreurs, tous les emprisonnements, toutes les tueries en incluant leur après-vente, tous les invivables impossibles, tous les meurtres, et même – peut-être – toutes les maladies, et tous les départs de la vie de ceux qui durant les siècles n’en peuvaient plus
– ont comme leur source cette seule et la même chose:
la prise du pouvoir, l’usurpation du pouvoir, les règles fixées suite de
la maladie du pouvoir qui se répande dans le monde visible, humain, celui des corps qu’on prive des droits à l’âme, et que – depuis le moment de leur naissance – on soumet à une gouvernance.
Comprendre, et avoir la clarté concernant les choses, les actions, les bassesses, et tout ce de quoi le « pouvoir » des monstres de la Terre ne se recule jamais pour empêcher les « composantes étrangères de la réalité » – donc dangereuses pour un ordre – d’agir en liberté – pour mettre en impossible toutes les actions qui pourraient se conclure par une transformation et l’abolition de l’ordre établi par eux: les monstres.
Transformer tout – et de le faire puisque agir par- et dans la CRÉATION – et de le continuer, et de ne m’arrêter jamais, en savoir tout cela et en ayant de la clarté en ce qui se trouve d’être les racines du malheur sur toute la Terre, la source des injustices, des tortures, des crimes, des vies mises en cendres au lieu qu’elles puissent briller comme la lumière ou de brûler comme les flammes,
les origines de la réalité des avilissements des personnes et de leur négation autant que des personnes, les roots d’une réalité faite des exterminations, des chasses à l’autre et des discriminations.
TRANSFORMER TOUT.
Descendre jusqu’à l’enfer – pour y amener une flamme – serait-ce pour en avoir de la conscience…?

 

_______________________

BALLADYNA-WITCH ¥ PARIS, 26-27 & 30 AVRIL 2016
PHOTOGRAPHIES: FROM THE VIDEO « WITCH – ALL THE WINDS NEEDED TO STRANGLE THEM. VISUAL WORK ON THE SONG » – http://youtu.be/GCIT8w6wTqU.
CITATION « VOUS ÊTES LES CRÉATEURS » au début du texte:
WEDRUSSA POLSKA – « POBUDKA WEDRUSOW. JAK RADZIC SOBIE Z WYZSZYMI WIBRACJAMI » – http://youtu.be/SUOI_9AvfTY.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s