Articles Tagués ‘CHANT’

WZGÓRZA, PAGÓRKI PRZEBIEGŁAM. ŚWIAT WE WŁOSACH MI SIĘ SZAMOTAŁ…

 

WITCH

 

Les œuvres de ANNE-MARIE VESCO contiennent en elles un grand Étrange.
Et ce n’est pas « la magie » : la magie, on utilise ce mot trop souvent en lui adonnant le sens lié à l’enfance – les petites couleurs joyeuses – tout allégé comme un fromage diététique emballé dans le rose. Ici rien de ça. Les œuvres sont sombres et lumineuses en même temps.
Chacune raconte une histoire importante, l’histoire de la vie.

Chacune a un sens.
Elles ont changé, ces œuvres, depuis deux ans pendant lesquelles je n’ai pas pu de les voir : aujourd’hui pas des corbeaux et des crânes peints sur le toile sobre, et que j’aimais autant – surtout ces oiseaux avec les ailes rapaces. Il n’y a plus de ce qui correspondait avec mon cri de l’époque : le cri horrible dans le temps réel, le cri qui aujourd’hui reste dans l’âme et qui sort, sortira toujours – malgré l’atrocité finie.
Mais il y en a toujours le Sang de la conscience.

 

…LE SANG, IL Y EN AURA TOUJOURS.

 

Le Sang, du cœur, de l’âme – c’est ce qui donne la vie, symbolise la tragédie et l’extase (seulement ceux qui n’ont jamais été près de deux en même temps, demandent : « Tu es masochiste, comme ça… ? »). Le Sang coulait sur mes jambes et il coulait de mes bras, le Sang comme une vocifération et comme la force avec laquelle tout se liait, une telle condition de la bataille pour qu’elle ne soit pas perdue, une nécessite : sinon, tu meurs, tu n’existes plus.
Le Sang… !
Les fleurs sauvages qui poussaient – toujours encore – de ma tête : dans tout le centre de l’enfer, elles – elles toujours poussaient… !
Et moi, en passant par l’enfer…
Je hurlais, je chantais.
Lilith… ! Un chant – à la guitare et à la vielle à roue de Éfren Lopez (Efren… ! J’ai racheté la nouvelle guitare, les fleurs noires pousseront encore… !)
Lilith courait par l’enfer et ses pieds étaient trop vites pour que les lois gouvernementales puissent l’attraper, et elle – était plus forte que tout avec quoi on voulait la combattre.
TE VOIR MORTE… !
TE VOIR ANÉANTIE… !
…Elle savait même quand ne pas sentir, quand sentir signifierait mourir.
Elle savait.
Et elle marchait.

 
***

« Wzgôrza, pagôrki przebieglam,
Wiatr we wlosach mi sié szamotal…
Stopy, stopy o kamienie
Ranilo sié serce

Wzgôrza, pagôrki przebieglam,
wiatr we wlosach mi sié szamotal…
Wlosy w szczyty mi zaplàtal
Serce na ostrze wbil

Wzgôrza, pagôrki przebieglam,
wiatr we wlosach mi sié szamotal…
Stopy, te stopy o kamienie
Ranilo sié serce
Wzgôrza, pagôrki przebieglam,
wiatr we wlosach mi sié szamotal…
Wlosy w szczyty mi zaplàtal
Serce na ostrze wbil
Serce
Na ostrze wbil
Serce
Na ostrze wbil
Serce
Na ostrze
WBIL… !


Wzgôrza, w przepascie wpadlam
Krwià we wlosach, wlosach malowalam
Na czerwieni w ogniu sié unioslam
…Jestem sosnà
Jestem sosnà
Jestem sosnà
Jestem sosnà…

Ploné…!
Jestem sosnà, jestem sosnà, jestem sosnà, jestem sosnà,
Jestem…
Wlosy na wiatr
Jestem…
Wlosy na wiatr rzucilam
Jestem…
Wlosy na wiatr…

Ploné…!
Do nieba, do piekla, do nieba, do piekla, do nieba, do piekla,
do nieba, do piekla, do nieba, do piekla, YA-AH… !

Wlosy na wiatr
Rzucilam
…KWIATY MI Z GLOWY WYROSLY… 
Jestem sosnà
Sosnà, sosnà, sosnà… !
Jestem sosnà, jestem sosnà
Jestem… Wlosy na wiatr…
Jestem…
Wlosy na wiatr
Rzucilam, rzucilam, rzucilam
JESTEM…
KWIATY MI Z GLOWY WYROSLY… 
Jestem…
Wlosy na wiatr…

JESTEM…
KWIATY MI Z GLOWY WYROSLY

Wyrosly
Wyrosly
Wyrosly…

Ploné…!

Wlosy mi plonà
Jestem sosnà
Wlosy na wiatr
Wlosy na wiatr
Wlosy na wiatr…
Do nieba, do piekla, do nieba, do piekla, do nieba, do piekla,
do nieba, do piekla, do nieba, do piekla, do nieba, do piekla, YA-HA… !
Jestem sosnà, jestem sosnà, jestem sosnà…
Wlosy na wiatr… !

 

WITCH



WZGÓRZA, PAGÓRKI PRZEBIEGŁAM
WIATR WE WŁOSACH MI SIĘ SZAMOTAŁ
WZGÓRZA, PAGÓRKI PRZEBIEGŁAM
ŚWIAT WE WŁOSACH MI SIĘ SZAMOTAŁ
WZGÓRZA, PAGÓRKI PRZEBIEGŁAM
WIATR WE WŁOSACH ROZKWITL MI

KWIAT WE WŁOSACH ROZKWITL MI
WIATR WE WŁOSACH ROZKWITL MI
KWIAT WE WŁOSACH ROZKWITL MI… ».

 

***

 

Et voilà ce soir – je vois LA WITCH.
Je la vois – c’est elle, LILITH.
Et je me vois, moi-même – et je vois les centaines des Sorcières que les rois des pays ainsi que les peuples depuis les décennies condamnaient et brûlaient sur les bûchers de ce monde.
JE ME VOIS.
Elle, avec les fleurs sur son front, comme les gouttes du Sang, les fleurs qui poussent de sa tête et qui apparaissent comme les Stigmatas d’une Witch maudite et glorifiée, tout ça dans une seule vie.
Le Sang qui coulait de mon cœur.
Le Sang – qui gicle aujourd’hui, vos gueules…!

_________________________________________________________________________________

Texte & photographie de l’œuvre de ANNE-MARIE VESCO : BALLADYNA IN THE STORM / THÉÂTRE DE RÉVOLTE, 12-13.10.2014. Le song « CHANT DE LILITH », enregistré en 2008 avec Éfren Lopez-Sanz se trouve en écoute et en téléchargement sur Deezer (www.deezer.com/album/1225445) et Bandcamp (balladyna.bandcamp.com/album/chant-de-lilith). L’atelier de l’artiste peintre ANNE-MARIE VESCO reste ouvert pour les visiteurs encore demain – le 13 octobre 2014 – de 14h à 18h, à 17/23 Rue Beaumarchais au Montreuil.

Publicités

 OSTRACISED ! (EXPULSION – ÉLIMINATION – ÉVICTION – DISCRIMINATION)

TEXTE & CHANT : BALLADYNA
MUSIQUE : L.O.U.P.

Aujourd’hui, au lieu des textes pas encore enregistrés du nouveau cycle « Chants de Witch »
– je publie sur ces pages le texte du chant « OSTRACISED ! » –
qui sortira en musique le 1 juillet,
et qui va être un des chants présentés pendant la Sortiariæ Nox à La Cantada, Paris.
Pourquoi j’ai décide que les paroles du texte déjà enregistré se trouvent parmi le nouveau cycle… ?
Car « OSTRACISED ! » – est aussi – un Chant de Witch.
Et car, hélas, il reste en correspondance indéniable avec l’actualité politique
& avec la shamelessness des « hommes d’état ».
Les mots « Honte aux Français » présents dans le texte – pour ne pas injurier des gens nobles du pays, heureusement existants – peuvent être donc à l’occasion de la déclaration d’aujourd’hui du ministre de l’intérieur français –
optionnellement remplacés par les noms des gros babouins politiques, qui n’hésitent pas affirmer « qu’ils assument » (bravo, les courageux…) que les milles des Êtres Humains devront encore vivre l’enfer comme les Putes, les violées dans la rue, ou simplement crever de la faim ou de l’humiliation.
Honte ! Aux – certains : mais aussi à ceux qui restent en silence.

PHOTOGRAPHIE : CHRISTIAN DEMARE (POCHETTE DE L’ALBUM « OSTRACISED! »)

_____________

HAHA – HAHA.. ! HA-HA.. ! HA-HA.. !
SORCIÈRE !
SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !
SORCIÈREEEE… !
A-HA ! A-HA ! A-HA ! O !
HAHAHAHA-HA… !

WYKLUCZENIE – WYKLUCZENIE – WYKLUCZENIE

EXPULSION – ÉLIMINATION – ÉVICTION – DISCRIMINATION

OSTRACISME
RACISME
NATIONALISME… !
– … « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !
– « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !
– « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHAAA !!
SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !
HAHAHAHAHA! AAA ! AHA !

EXPULSION ! – ÉLIMINATION ! – ÉVICTION ! – DISCRIMINATION !

OSTRACISME
RACISME
NATIONALISME… !


HONTE…!

– « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !
– « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!!!!!
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !
AAAA-AAAAA-AAAAA-AAAAAA-AAAAAAAA-AAAAAAAAAA !
HA – HAAAAAAAAAAA !

– … « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !
– « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !
– « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »
– JE LE SAIS… !
HONTE AUX FRANÇAIS !*
– « SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! »
HAHAHAHAHA ! HAHA !

…BOJÀ SIÉ ZE ICH ZJESZ ! BOJÀ SIÉ ZE ICH ZJESZ !
BOJÀ SIÉ ZE ICH ZJESZ !
BOJÀ SIÉ… !
(ILS ONT PEUR QUE TU VAS LES MANGER)
ILS ONT PEUR QUE TU VAS LES MANGER
SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !
SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !
(HAHAHAHAAAAAAA-HAHA… !)
CE SONT LES MINABLES QUI ONT PEUR DE « L’AUTRE »
HONTE AUX FRANÇAIS*

SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !
SORCIÈRE… !
SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !

BOJÀ SIÉ ZE ICH ZJESZ ! BOJÀ SIÉ ZE ICH ZJESZ !

(SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !)
SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !
(BOJÀ SIÉ, ZE ICH ZJESZ !)
OSTRACISED ! OSTRACISED ! OSTRACISED !
HAHAHAAAAAAAAA ! HAHA !
HAAAAAAAHA !
…SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… ! SORCIÈRE… !
(BOJÀ SIÉ, ZE ICH ZJESZ !)
AAAAAAAA-AAAAAA-HAAAAAAAAAAA !
…BOJÀ SIÉ, ZE ICH ZJESZ !
AAAAAAAAAAAA !
OSTRACISED !
– « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »

…BOJÀ SIÉ, ZE ICH ZJESZ !
ILS NE SAVENT PAS QUE TU MOURRAIS D’INDIGESTION…
(- « TU N’ES PAS NOTRE SŒUR ! »)

___________

Les textes du cycle Chants de Witch sont publiés consécutivement sur ces pages,
chaque jour pendant la semaine de 23 juin – jusqu’au 30 juin 2012.
Ensuite, quelques d’eux seront présentés pendant la Sortiariæ Nox (La Nuit des Sorcières),
le SAMEDI 30 JUIN à 23h, à La Cantada, Paris
.

BALLADYNA, ALBUM « OSTRACISED! (ELLE L’EST – LA TUEUSE EN SÉRIE – DÉSORMAIS) »,
Théâtre de RÉVOLTE,
Believe Digital 2012


« J’AURAIS DÛ DEVENIR FOLLE DE LA SOUFFRANCE.
Et pourtant, NON »
(CYCLE : CHANTS DE WITCH)

/LE TEXTE DE CE CHANT APPARTIENT ÉGALEMENT AU LIVRE
« UNE LILITH DE PLUS. HISTOIRE D’UN MEURTRE LÉGITIME »/
MUSIQUE DE LA PRÉSENTATION SCÉNIQUE : GOTARD

Les textes du cycle Chants de Witch sont publiés consécutivement sur ces pages,
chaque jour pendant la semaine de 23 juin – jusqu’au 30 juin 2012.
Ensuite, quelques d’eux seront présentés pendant la Sortiariæ Nox (La Nuit des Sorcières),
le SAMEDI 30 JUIN à 23h, à La Cantada, Paris
.

B-WITCH – PHOTOGRAPHY OF THE AUTHOR
PAR CHRISTIAN DEMARE

_____________________

J’aurais dû devenir folle de la souffrance – et pourtant je ne le suis pas devenue.
Ne serait-ce pas la preuve que je n’appartenais pas au genre des humains…?

J’aurais dû devenir folle de la souffrance, de l’horreur et de la stupéfaction.

***

J’aurais dû devenir folle de la souffrance.
J’aurais dû devenir folle de l’horreur.
J’aurais dû devenir folle de la stupéfaction.

Et pourtant, NON.
J’ai dit : NON… !
Je n’ai pas dit : « Je suis d’accord – de perdre mes sens ».
Ne serait-ce pas la preuve que ma force était infinie… ?

Mais…
Désormais…
JE – NE – VOUS – A – PPAR – TIENS – PAS.
JE – N’A – PPAR – TIENS – PAS.
ICI.
NULLE PART.
C’est coupé.
Pour de bien.

_________

 

I should have become crazy with the suffering – nevertheless, I am not became it.
I should have become crazy with the horror – nevertheless, I am not became it.
I should have become crazy with the stupor – nevertheless, I am not became it.

I should have become crazy with the suffering, with the horror and with the stupor.

I should have become crazy with the suffering – nevertheless, I am not became it.
Would this not be the proof (evidence, testimony) that I did not belong to the gender of humans …?

***

I should have become crazy with the suffering, with the horror and with the stupor.

Nevertheless : NO.
NO – I said… !
I did not say: « I agree – to losing my senses. »
Would that not be the proof (evidence, testimony) that my strength was infinite …?

But…
Now…
I – DO – NOT – BELONG – YOU.
I am not one of you.
I – DO – NOT – BELONG.
HERE.
Of you.
Anywhere.
Anyplace.
Nowhere.
This is cut.

For good.

For God.

 

_______________________

BALLADYNA Witch, mai-juin 2012
English corrector-redactor desired (moreover, as French).


« C’EST MOI – QUI VA VOUS TUER.
MAINTENANT ». LA WITCH PARLE
(CYCLE : CHANTS DE WITCH)

PHOTO : LILITH, WITCH & BALLADYNA – PAR CHRISTIAN DEMARE
______________________________

Ils me disaient : Tu n’as pas d’air minable – alors tu peux vivre privée des Droits Humains, ce n’est rien.
Tu n’as pas d’air minable – comme nous attendons – alors tu dois mourir.
Car nous devrions conserver l’espace pour les minables, ne le sais-tu pas… ?
Pour ceux qui se rapetissent devant  nous – et dont l’image ne menace pas notre bien-être.
…Ne le sais-tu pas… ?
Ne le sais-tu pas – que seulement ceux qui – suite d’être privés des Droits Humains – se laissent d’enlever aussi leur dignité, obtiennent le Droit de vivre chez nous… ?
Ne le sais-tu pas… ?
Seulement ceux, qui – suite d’être privés des Droits Humains : chez nous et par nous –
ont l’air minable et piteux,
seulement ceux qui engendrent notre compassion,
celle que pouvoir ressentir nous fait tellement du bien…! –
obtiennent le droit de vivre chez nous.
Sans qu’ils doivent mourir avant.
Sans qu’ils doivent de se l’arracher.
Car nous – selon la simple règle de la psychologie humaine,
la règle de la psychologie des espèces les plus basses –
nous avons besoin de sentir notre supériorité vis-à-vis de quelqu’un – pour dire qu’il ait le droit de vivre – parmi nous.
Sans qu’il doive mourir avant.
Sans qu’il doive de se l’arracher.
Ses Droits.
Son âme.
Son âme.
C’est nous – qui accordons tout ça… !
Ne le savais-tu pas, Pagane… ?!
Nous sommes – comme les dieux – même si nos couronnes ont la puanteur de notre sueur de la peur et de mensonge,
la puanteur pestilentielle,
indissimulable.

…Toi, tu n’as pas l’air minable – et comment tu peux ne pas l’avoir, in the hell… ?!
Tu n’as pas l’air minable.
Alors, le fait que nous t’avons privée des Droits Humains – n’a d’aucune importance.
Chez nous.
Tu n’as pas l’air minable.
Tu refuses de te comporter comme telle.
Meure, Sorcière… !
Meureeee… !
Tu le dois, car nous – le voulons.
Tu – n’as – pas – l’air – minable, bon sang, in the hell, à nos dieux... !
Meure alors, car tu ne satisfais pas de notre besoin de nous sentir grands, supérieurs,
et même, ton existence nous menace que nous devions admettre notre condition piteuse et piètre,
et notre faiblesse que tu méprises autant quand tu nous regardes.
Meure alors, Sorcière… !
Meureeeee… !
Car tu es une menace pour nous.
Meureeeeeeee… ! La – Witch… !

***

– Et je ne suis pas morte.
Vous n’avez pas réussi de m’exterminer – dit-elle.
C’est moi, qui va vous Tuer maintenant.
C’est – moi – qui va Tuer.

C’est vous
dé – sor(t) – MES
MES victimes.
Victimes
Victimes

___________

LILITH, WITCH & BALLADYNA, mai-juin 2012
/Quelques des Chants de Witch seront présentés pendant la Sortiariæ Nox (La Nuit des Sorcières),
le SAMEDI 30 JUIN à 23h, à La Cantada, Paris/

SORCIÈRE – C’EST MOI
(CYCLE : CHANTS DE WITCH)

MUSIQUE DU CHANT EN LIVE : GOTARD
B-WITCH – PHOTOGRAPHY OF THE AUTHOR
PAR CHRISTIAN DEMARE
________________________________

Ils me chassaient partout car ils ont eu peur de moi. Sans se rendre compte de heart of the matter, de l’essential de la chose, du nœud, ils sentaient, sous-consciemment – que je ne leur appartiens pas.
Ils me chassaient, ils m’ostracisaient, et ils me disaient : « NOTRE monde, NOTRE pays, n’est pas pour toi ».

ILS – ont toujours la peur de Witches, n’est ce pas…?
Depuis les lustres.
Alors, ils m’ostracisaient.
J’étais une Maudite parmi eux.
Ils ne se rendaient pas compte – qu’une Witch trouvera toujours la façon de les maudire, eux.
Ils ne se rendaient pas compte, que sa force – alors ainsi la force de sa malédiction – est autant plus grande que la Haine que la Witch a pour eux – et que sa Haine est autant plus grande que le sont les dimensions de leur bassesse, se reflétant dans leurs actes, dans les essais de la pousser en exclusion et dans les tentatives de l’extermination – commises – sur la Witch.

J’étais une Maudite – parmi eux.
Et alors, je suis une bénie et une glorifiée – car je ne leur appartiens pas.

Mes mains sont plus puissantes, mes jambes sont plus fortes et plus vites, mes pieds donnent les coups plus violents que sont les leurs.

___________

BALLADYNA Witch, mai-juin 2012
/Quelques des Chants de Witch seront présentés pendant la Sortiariæ Nox (La Nuit des Sorcières),
le SAMEDI 30 JUIN à 23h, à La Cantada, Paris/

 

DEPUIS TOUJOURS C’ÉTAIT COMME ÇA – DIT LA WITCH
(CYCLE: CHANTS DE WITCH)


PHOTO : WITCH – PAR CHRISTIAN DEMARE (2012)

  – Depuis toujours c’était comme ça – dit la Witch. – À la base, c’était comme ça.
J’ai pu passer par la plus grande horreur et le plus grand enfer – et toujours,
même dans la plus grande horreur et le plus grand enfer, trouver les points où j’ai pu accrocher,
comme sur un clou qui sort – le bonheur.
Tirer ce qui était… bon…? Comme je déteste ce mot…!
Mais – tirer.
Comme d’une flingue.
Tirer.
Même dans l’enfer.
L’HURLEMENT… !
Après l’hurlement le plus monstrueux, le plus épouvantable – car dans l’épouvantable.
L’HURLEMEEENT… ! QU’IL ME PORTE ALORS… !
Prendre l’enfer – pour moi.
Pour moi, le prendre…!
Avec la force de Witch – car ne plus une Femme – créer – ce qui devrait se passer.
Toutes les Hex de cette terre m’accompagnent… !

Les « ceux d’ici » ne se l’imaginent pas, ils sont effrayés, ils me regardent, leurs yeux des moutons.
Dans leurs corps des poltrons, dans les âmes tremblantes, ils n’en reviennent pas – qu’on peut hurler les choses véritables et ne pas être cassé.
Pour eux
, on peut vivre seulement si on ne parle pas des certaines choses existantes.
– « Ne hurle pas, please, tu nous effrayes, maudite car inquiétante… !
Nous, on est trop délicats, trop sensibles pour ça, nous nous écroulerions en morceaux … !
Et toi, comment oses-tu nous dire: que toi…
Que toi – c’est non…?! »

– Car C’ÉTAIT Non – rit-elle et elle part.

***

– Pour eux, on peut tenir seulement si on ferme les yeux – sinon, « on a trop mal, et nous sommes faibles, ne le tu sais pas, nous, en France… ? ».
Pour eux, on peut être heureux seulement si on reste dans l’enfance.
…Ô, pauvres enfants de quarante ans et de cent ans, pauvres « d’ici »… !

Je ne vois pas pourquoi je devrais me taire pour laisser les faiblards dans l’enfance.

___________

LILITH, WITCH & BALLADYNA, 23 juin 2012
/Quelques des Chants de Witch seront présentés pendant la Sortiariæ Nox (La Nuit des Sorcières),
le SAMEDI 30 JUIN à 23h, à La Cantada, Paris/

LES TÊTES DES PRÉSIDENTS.
Une composition contre l’encouragement dans la vilenie*

 

« LES TÊTES
de chaque président,

de chaque roi,
et de chaque cacique
de chaque pays
qui admet que sur son territoire existent :
les DisCRIminations,
les exclusions,
les humiliations
et les refus de Droits Humains à quelque Être Humain que ce soit
DEVRAIENT

TOMBER.
Et les têtes des masses

ELLES

AUSSI ».
(Fragment du texte « Les Têtes des Présidents »,
BALLADYNA, Believe Digital
, 6 mai 2012; musique: Yves Jamet)

…Malgré ce que se permettent de postuler dans la dernière presse certains journalistes peu intelligents – les mêmes qui souhaiteraient que le « rôle d’artiste » soit celui de « ne pas se prononcer sur les sujets importants, vitaux, politiques » – alors, en bref, de se comporter selon ce que veut le gouvernement – je considère que le « rôle » d’artiste, s’il est effectivement un, n’est pas celui de « ne pas se prononcer », de se taire, et – par son silence – participer dans le lavage massif des têtes du peuple – mais au contraire – de parler des choses vitales, et ce avec tous les moyens qu’il possède et qui devraient lui servir justement pour cela.
C’est animée par cette conscience, que j’ai décidé d’éditer – et de le faire exactement pour le 6 mai – la composition « LES TÊTES DES PRÉSIDENTS ».

LES PRÉSIDENTS… ?

La vérité est qu’un suivant, un deuxième et un dixième « roi de la France »… ne changera rien de ce qui devrait être changé.
Car est ce qu’il va penser sur les choses fondamentales… ?
Il a dit déjà, le « nouveau » – et sa réponse est « Non ».
Il ne restituera pas : ni de la noblesse, ni du respect que l’humain doit à l’humain.

La vérité est, que chacun d’eux – prône, prêche et donne la carte blanche à toutes les modes de l’exécution de la Discrimination : qui en France est constituée, légitimée et expliquée par les paragraphes de la loi. Ces modes de la Discrimination sont inimaginables si on ne les vit pas et si on ne les regarde pas de près.

LES DISCRIMINATIONS QUI CESSENT DE L’ÊTRE

Les Discriminations qui cessent de l’être par un principe étonnant, une simple loi qui statue que l’une ou l’autre, est autorisée (« légale ») est un principe du fonctionnement du système politique français.
La France n’est pas « grande », la France n’est pas « noble » – car comment dire noble sur un pays – quiconque soit son président – dont le système est fondé sur le principe que :
1. la Discrimination est condamnable, MAIS :
2. la Discrimination se considère seulement cette Discrimination qui ne soit pas
légale, autorisée par la loi… ?
Comment dire « noble » sur un pays, dont pas seulement les gouvernements de Sarkozy, mais ceux de Chirac et Mitterrand louaient le principe de la Discrimination – et dont le nouveau président prétendant a proclamé déjà que « l’encouragement de l’état dans la vilenie » – continuera… ?**
Il y a les choses, qui DEVRAIENT ÊTRE DITES.
Il y a les choses, qui DEVRAIENT ÊTRE CHANTÉES.
Il y a les choses, qui DEVRAIENT ÊTRE CRIÉES.

***

Vous pouvez trouver « LES TÊTES DES PRÉSIDENTS »
en vous rendant sur ITunes :
http://itunes.apple.com/fr/album/les-tetes-des-presidents-musique/id524145498

et pour ceux qui ne souhaitent pas de le télécharger, mais qui désirent pourtant écouter –
le lien de DEEZER est également disponible :
http://www.deezer.com/fr/music/balladyna-de-tempete/Les%20t%C3%AAtes%20des%20pr%C3%A9sidents-2541201

(ou par la simple recherche sur : http://www.deezer.com/fr/music/balladyna-de-tempete)

/« Les Têtes des Présidents »  est la première création préparée avec la musique du compositeur Yves Jamet. L’enregistrement de ce morceau a donné la naissance à une chorégraphie – composée des plusieurs musiques du même compositeur – pour laquelle on cherche en ce moment des lieux de la diffusion. Néanmoins, avant que ça se réalise – le chant est accessible à écouter et à télécharger : n’hésitez pas de le faire connaître parmi vos amis dissidents et parmi les personnes aux cerveaux résistants au
lavage/.   


BALLADYNA De Tempête, 6 mai 2012

______________________________

* La citation du titre du texte vient de l’article d’Alain Badiou « Le racisme des intellectuels » (« LE MONDE », 05. 05. 2012).
** Comp. : le texte d’Alain Badiou – accessible sous le lien http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/05/le-racisme-des-intellectuels-par-alain-badiou_1696292_1471069.html