Articles Tagués ‘ESCLAVAGE’

« SARBJIT » ↓ OU: QUI CRÉE LA RÉALITÉ DE CE MONDE

 

capture-decran-2016-11-15-a-18-16-45

 

…Une histoire de plus montrant la réalité sadique, même perverse, du système patriarcal dans lequel tout est conçu exactement pour que ce soit ainsi.
La pensée patriarcale – c’est à dire propre aux certains mâles se sentant « valides » seulement dans la situation où ils possèdent le « pouvoir » (important à ajouter : le pouvoir sur l’autre), ainsi qu’à la grande partie des personnes féminines dressées aux comportements de la soumission les siècles durant…
Les prisons pleines des humains…
Les cages pleines des animaux…
La coercition des personnes à certains actes, à certaines vies, qu’elles ne choisiraient jamais si elles avaient la liberté : qui serait LEUR liberté, dans le monde du XXI siècle enlevée pourtant déjà aux enfants pour que les adultes apprennent la céder aux autres…
Les « bureaux des hauts bla–bla-bla », les « conseils », les « lois » putrides, indéniablement valides quand cela arrange le « pouvoir » et qui ne comptent guère, ou pas du tout, quand cela leur serait nuisible…
LES PRISONS PLEINES DES HUMAINS… !
LES CAGES – PLEINES DES ANIMAUX-ESCLAVES : À VENDRE.
LES BORDELS – PLEINS DES FEMMES-ESCLAVES : À VENDRE.
LES TÊTES DU PEUPLE – PLEINES DES ORDRES QUI, DES PERSONNES, FONT LES « OBJETS » : DE « L’EMPLOI » PAR QUI VEUT, DE L’ASSUJETTISSEMENT, ET QUI ASSURENT LEUR OBÉDIENCE, CELLE-LÀ DISSIMULÉE PAR LES ACTES LE PLUS RIDICULES DE LA SOI-DISANTE RÉVOLTE.

______________________________________

Film « SARBJIT » (2016 ; réalisation : Omung Kumar)
sur Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Sarbjit_(film)
Visionner « SARBJIT » en streaming :
http://streamay.com/15794-sarabjit.html

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

…En regardant cette histoire – dans laquelle à un homme il arrive ce dont il ne peut pas contrôler du tout, ce dont – à partir de certain moment – il ne peut à l’aucune façon influencer, gérer de quoi que ce soit, cette pensée, que « chacun est le créateur de sa propre vie », et que chacun – comme le veulent certains « prophètes » des philosophies assez aveugles – « peut décider », et que la volonté ait la force changeant tout, et qu’il n’y ait pas de la chose plus puissante, plus forte, que la décision… me revienne.
…Et ainsi est quand je pense de toutes ces fillettes, vendues dans les mains des bourreaux déjà à leur première enfance, contre quelques milles des dollars ou d’euros, ou traitées dans leurs propres « familles » comme les choses ou les vaches, et ainsi est quand je pense de tous les enfants endoctrinés à la guerre, ou à qui – à l’âge des 7 ou 8 ans – on apprend de tuer, si ce soit dans les cités, dans les villages ou si ce soit aux boucheries, et ainsi est quand je pense des personnes vivant sur les terres des carnages (les mêmes « prophètes » qui disent que chacun « décide » de sa vie construisent bizarrement les barrages à leurs frontières quand les personnes des terrains visés par les bombes tentent désespérément y passer…).
…Et ainsi est quand je pense des milliers des emprisonnés : de tous les pays, dans les cages, baraques, prisons, par les « pouvoirs » politiques, ceux-là toujours sordides, et qui l’ont planifié bien ou – plus souvent que cela semble d’être imaginable – qui « se sont trompées » (les « pouvoirs » politiques, toujours sordides, faites des individus les plus opportunistes et les plus lâches car c’est cela qui les fait d’« accéder » à certains « rôles », ne prennent jamais de la responsabilité de leurs décisions ni de leurs actes : au moment d’en être menacés, leur comportement est infantile, comme celui d’enfants, honteusement et avec zélé niant leurs actes au lieu de les assumer, « annulant » les paroles, dissimulant les signatures, cachant les actions, en continu, en continu, en continu… Sarbjit, qui sort de la prison après ses 4, 7, 15 années, y retournera toujours, il y mourra, il ne sortira jamais… !)

Et, quand j’y pense – de toute cette aveuglerie, de toute cette myopie, du regard allant stupéfiement pas loin, , car pas au-delà de leurs propres nez, des apôtres du « chacun – CHACUN… ! – crée sa vie, là et maintenant » et qui osent de le dire comme si toute la « création » se déroulait en « néant », en vacuum total, en indépendance de l’entourage, dès premières années des personnes, des écorchement de la liberté des humains sur lequel le système de cette Terre est fondé, des emprisonnements planifiés, irresponsables, par les« pouvoirs » politiques sordides de tous les genres, du karma, des décisions précédentes, ne venant pas de cette vie-là, et en indépendance des circonstances… je pense aussi sur ces paroles, de kOLya San : qui tranchent, et qui font qu’il devraient cesser immédiatement toutes les discussions folles et vaniteuses concernant « la pensée et la volonté qui peuvent – soi-disament – tout » :

« …Je partage la réflexion d’un monde complètement fou, 
où beaucoup de personnes subissent, 
ne pouvant faire autrement, 
et quand j’évoque mon liberté de choix, 
c’est aussi en conscience du monde alentour, 
pour saisir ces instants « où nous sommes heureux », 
ils sont courts, ils faut les vivre, pleinement… »
(kOLya San) 

______________________

BALLADYNA ↑ NOVEMBRE 2016
Photographies:
Film « SARBJIT » (drame biographique réalisée par Omung Kumar, India 2016).

Publicités

THE CALL FOR A REVOLUTION – PART III (NOUS VIVONS DANS UNE SOCIÉTÉ OÙ LES CASTES DES PERSONNES LE MOINS CRÉATIVES…)

ZYJEMY W SPOLECZENSTWIE, W KTÔRYM KASTY LUDZI NAJBARDZIEJ NIEKREATYWNYCH POSIADAJÀ ZARAZEM NAJWIÉCEJ SRODKÔW – KONIECZNYCH PRZECIEZ DO ROZWOJU I WPROWADZANIA W CZYN WLASNEJ KREATYWNOSCI: CZY BYLABY ONA PRYWATNA, CZY TEZ SLUZYLA DOBRU I ROZWOJOWI CALEJ PLANETY.
W systemie obecnym, tylko fakt bycia pozbawionym pasji, prawdziwej koncepcji wlasnego zycia – powoduje, ze sà oni « zdolni » do poswiécenia ich zycia i wysilkôw – na pogon tak glupià i bezsensownà, jak ta : za kawalkami zadrukowanych serwetek.
Najsmieszniejsze jest to, ze tym, ktôrzy dokladnie wiedzà, jak chcieliby by wygladalo ich zycie i nie ustajà w walce o marzenia ktôrych widzà dokladnie ksztalt – sà wylapywani w drodze przez rôznorakich slugusôw systemu : ktôrzy – poniewaz ci pierwsi wykazujà ciàgly brak zainteresowania wpisywaniem sié w masowy ruch pogoni za zadrukowanymi serwetkami (czyt. : w niewolnictwo), usilujà im môwic co nalezy robic i jak nalezy zyc.

System niewolniczy w ten sposôb kwitnie, gdyz buntownikôw zdaje sié byc ciàgle za malo, a kolejne pokolenia sà indoktrynowane przez ukrawaconych straznikôw.
I znowu : wybierasz pasjé – czy pieniàdz… ?
Ciàgle jeszcze tym, ktôrym nie przeszkadza oddawanie ich wolnosci psom u wladzy, i nie przeszkadza gdyz poza ich wlasnà niewolà nie znajdujà… nic – jest najlatwiej, i coraz czésciej po prostu mozliwe – zyc.
Niewolnictwo jest rzeczà premiowanà, a wolnosc jest karana.

NADSZEDL MOMENT, BY TO ZMIENIC.

/Trad. FR./ NOUS VIVONS DANS UNE SOCIÉTÉ OÙ LES CASTES DES PERSONNES LE MOINS CRÉATIVES  POSSÈDENT EN MÊME TEMPS LE PLUS DES MOYENS – NÉCESSAIRES POURTANT POUR LE DÉVELOPPEMENT ET POUR LA MISE EN ŒUVRE DE SA PROPRE CRÉATIVITÉ: SI ELLE SOIT INDIVIDUELLE OU SI ELLE PUISSE SERVIR AU BIEN DE TOUTE LA POPULATION.
Dans le système actuel, seulement le fait d’être dépourvu d’une passion, et du véritable concept/idée concernant soi-même – font que les individus sont « capables » à sacrifier leur vie et leurs efforts –pour la course tellement stupide et insensée comme celle-là : auprès des morceaux des napkins imprimés
.

Le plus triste est ce que ceux qui savent exactement quelle forme et quel but donner à leurs vies, ceux qui ne cessent pas et ne trahissent pas de leurs convictions et de leurs rêves dont les objets dépassent le minable sujet du gain monétaire – sont capturés quotidiennement par les multiples serviteurs du système : qui – parce que ceux premiers révèlent un manque durable d’intérêt pour s’enrôler dans le mouvement massif auprès les napkins imprimés (lire: pour l’esclavage), essaient de leur dire quelle forme devrait prendre leur vie.


Le système esclavagiste fleurit en cette façon, car des rebelles il semble d’être toujours pas assez, et les générations subséquentes sont endoctrinées par les gardiens aux cous tie-és.
Et de nouveau : tu choisis passion – ou l’argent… ?
Toujours encore, à ceux à qui livrer leur liberté aux chiens de garde « ne dérange pas », car en dehors de leur propre esclavage ils ne trouvent en eux… de rien – est le plus facile, et de plus en plus souvent simplement possible – de vivre sur la terre.
L’esclavage est une chose primée, et la liberté – elle, est punie.

LE TEMPS EST VENU DE LE CHANGER.



…« Dzien dobry, usiàdzcie. Dzis porozmawiamy o tym, kim chcielibyscie zostac, kiedy dorosniecie. Kto pierwszy… ? (Bonjour, asseyez-vous. Aujourd’hui, nous parlerons de ce qui vous voudriez devenir quand vous serez grands. Qui sera le premier…?). Sarah… ? OK, how about you, Sarah… ?
Sarah :
– Bédé pracowac w MacDonaldzie, jak mama… !
(Je travaillerai au MacDonald, comme maman…!)
Professeur :
– O… ! Rodzinna tradycja… !
(Ô…! La tradition familiale…!)
How about you, Linda… ?
Linda :
– Gdy dorosné, zostané nowojorskà prostytutkà.
(Quand je serai grande, je deviendrai une prostituée new-yorkaise).
Professeur :
– Piékno i ambicja…
(Beauté et ambition…)
How about you, Tommy… ?
Tommy :
– Bédé bogatym biznesmenem z Wall Street, zarabiajàcym na gospodarczym upadkupanstw.
(Je serai un riche business-man de Wall Street, gagnant sur la collapse économique des pays).
Professeur :
– O… ! Rozrywka i zainteresowanie etnografià… !
(Ô…!
Divertissement et de l’intérêt pour l’ethnographie …!)

Sous-titres :

OFIARY KULTURY
(VICTIMES DE LA CULTURE)
»*.

« Przypomnijcie sobie, jak byliscie dziecmi : pelnymi zycia, ciekawymi swiata, chétnymi do eksperymentôw i twôrczymi. Z czasem system wtloczyl was w ramy i kazal myslec tylko o tym, jak zarobic pieniàdze. Utwierdzal was w tym przez calà szkolé i studia. Skonczyliscie jako zébatka w maszynie utrzymuàcej 1% ludnosci swiata.
Badania dowodzà, ze w kwestii kreatywnosci i umyslowosci pieniàdze wcale niemotywujà do dzialania. Najwiékszà motywacjà jest sam proces tworzenia.
Pieniàdze zachécajà tylko do wykonywania zmudnych, powtarzalnych czynnosci, a je mozna powierzyc maszynom. W przypadku wynalazczosci, pieniàdze, zamiast pobudzac do pracy, jedynie rozpraszajà i hamujà proces tworzenia. Tlumaczy to, dlaczego Nicolas Tesla, bracia Wright, i inni wielcy wynalazcy ktôrzy zmienili swiat, nie kierowali sié chécià zysku.
Pieniàdze tylko « wydajà sié » byc zachétà.
Przynoszà wiécej klopotôw, niz pozytku »
**.

/Trad. FR./ « Rappelez-vous vous-mêmes quand vous étiez enfants : pleins de vie, curieux du monde, assoiffés d’expérimenter et créatifs. Au fil du temps, le système vous a poussé dans les cadres et a ordonné à penser seulement sur la façon de gagner de l’argent. Il vous convainquait de cela partout l’apprentissage à l’école et pendant tout le temps des études. Vous avez fini comme la roue dentée dans la machine qui entretient 1% de la population de ce monde.
Les recherches montrent que, en termes de la créativité, de l’inventivité et de la mentalité, l’argent ne motive pas du tout à l’action.
La plus grande motivation est le processus de création lui-même.
L’argent invite seulement à effectuer les tâches fastidieuses et répétitives, et celles-là peuvent aujourd’hui être confiées aux machines. Quand on parle de l’inventivité, l’argent au lieu de stimuler à l’action,seulement distrait et freine
le processus de la création. Cela explique pourquoi Nicolas Tesla, les frères Wright et les autres grands inventeurs qui ont changé le monde, n’étaient pas guidés par le désir de profit.
L’argent seulement « semble » d’être une stimulation.
Il apporte plus des problèmes, que de usefullness
».


_____________________________________________

* « THE CALL FOR A REVOLUTION », BALLADYNA / THÉÂTRE DE RÉVOLTE, XXI SIÈCLE. Les fragments des citations (* et **) et les images parviennent du film de P. Joseph: « ZEITGEIST – MOVING FORVARD » (2011). Lien pour le regarder: http://www.youtube.com/watch?v=jb1cTRAAzVw&feature=share&list=PLP-Mo2sArLBE5OffzVqfgi_R7EbXcIOtZ). Les autres images issues du film – celui et des autres documents appelant au changement – j’ai mise dans l’album: « THE CALL FOR A REVOLUTION / APPEL À LA RÉVOLUTION / WEZWANIE DO REWOLTY » – https://www.facebook.com/balladyna.detempete/media_set?set=a.199439410222632.1073741836.100004697232756&type=1.