Articles Tagués ‘NATURE’

IMG_2923

Aucun Terrien « statistique », moyennisé, suivant la pensée médiocre que la « majorité » nomme « démocratique », industrialisée,
gouvernementalisée, pharmaceutisée, « cadrée », « gérée »« bornée », alimentarisée, aucun de ceux que les industries et les écoles veulent voir selon leur guise, de rendre « concordants » et de « produire », n’aurait jamais composé des oeuvres
de la grandeur pareille.


« Et cette puissance,
présente dans ses œuvres,
et qui y impressionne tant,
où est-elle partie,
où, désormais,
elle se cache… ?! »

Voilà où.
La succion de l’énergie vitale
par les entités parasitaires,
les entités énergo-informationnelles
représentantes les vibrations énergétiques aux fréquences basses,
et qui – quant à l’énergie – ne possèdent, jamais, de leur propre,
au moins pas de cette qualité
qui pourrait leur permettre d’exister
en indépendance de l’être humain,
sans parler de créer… –
était foudroyante.
Et voilà donc, comment l’entité parasitaire,
matérialisée – pour débuter – dans la forme de cette industrie
qui s’y est prise ici comme la première,
pour frayer et rendre possible le chemin aux autres :
l’industrie des drogues pharmaceutiques –
s’est nourrie de l’énergie,
immense,
DE L’HOMME CRÉATEUR.

***


Le processus de la succion de l’énergie d’un Être Vivant
– si on passe au-delà de tous les « détails » qui différencient les cas particuliers –
est basé toujours sur les mêmes règles.

***


« …Trop » des émotions »… ? 
« …Insupportables »… ? 
« …Impossibles à les survivre »… ? 
…Chacun qui, whenever, ait entendu
les œuvres du Compositeur,
ses grandes musiques, l’avouera :
la tentative de la mise en état pharmaceutisé 
– donc : abattu,
euphémistiquement dit « a-calmé »… !,
mais bien sûr, et surtout: « géré de l’extérieur »,
et, bien sûr, « contrôlé »: c’est ce de quoi il s’agit… –
de cet Homme et de cet Artiste,
sous un débile prétexte 
(puisque les prétextes sont débiles, 
mais le « public », la « société », 
les « clients » des industries de l’affaiblissement à la mort
nommées par la sombre foule « pharmaceutiques »,
les suit sans réserve…),
en lui faisant dans ce but un « diagnostique », 
si elle soit celle de quelconque « dépression » 
ou de l’autre idiotie qui en vrai n’existe pas en soi :
puisque ce qui existe c’est la cause et l’effet,
que l’on nomme selon le niveau de sa propre conscience,
aucun mal-être dont la manifestation ne serait logique,
sous un prétexte que ses émotions soient trop fortes,
qu’il « ne les survivrait pas », ne « s’en sortirait pas »,
car les servants du parasite énergo-informationnel
ne prévoient pas
ni de telles émotions dont l’énergie
ne serait immédiatement à sucer,
ni que l’homme s’en sorte,
cela n’est pas dans leur intérêt marchand
ou chaque bouche avalause du poison compte de l’or…
…chacun qui, whenever,
ait entendu ses œuvres
l’avouera :
la tentative – hélas, réussie… ! –
de la mise en état pharmaceutisé
– donc : abattu… ! –
de l’Homme et de l’Artiste
dont le talent et l’énergie à l’origine
étaient incroyables,
ÉTAIT UN CRIME.

***

…Faut-il dire, à quel point la différence
entre l’énergie de l’HUMAIN QUI CRÉE
et l’énergie de l’Humain après les années des « traitements » 
par les entités parasitaires
est immense… ?

The MOC, the MIGHT, la Puissance, se perd.
…Ce qu’elle « se perd » 
n’est pourtant pas l’autre chose
qu’une « illusion », 
et cela n’est aucunement « bizarre », 
puisque l’énergie ne peut jamais « disparaître ». 
Mais désormais…
c’est l’entité parasitaire,
qui l’acquiert.
C’est elle, qui la suce.
Cette chose la plus sacrée,
la plus précieuse…
…les Humains
la lui rendent
sans saisir dans leur esprit
du moindre réflexe de la pensée
que ce qu’ils rendent
n’est pas l’autre chose
que leur propre Pouvoir
de créer une Réalité.

***

…Pourtant, elle n’aurait jamais eu YVES…
…si, pour commencer, elle n’avait pas bien visé…
du moment…
précis. 

***

Le poison marchandé par les pharmaceutes, 
le poison vendu par les « médecins »,
puisque – comme tous le savent enfin –
ces premiers paient aux seconds
pour qu’ils veulent bien le prescrire
à qui cela se montre possible,
puisqu’il fait vivre les deux
au prix des vies de ceux qui en meurent,
a transformé l’Homme
à la puissance explosive et au dynamique
qui ne cesseront jamais s’entendre dans ses oeuvres.
…Le poison l’a fait ralentir,
il l’a fait perdre sa vivacité.
Il a fait, au cours de quelques courtes années,
se métamorphoser ainsi son corps
que son esprit.
Sous l’influence de ces substances,
ô combien toxiques pour le physique 
mais aussi… ô combien pour la vie
l’Artiste devient de plus en plus coupé de la réalité
qui avant était la sienne.
…Lui: qui avant l’intoxication vivait
à la pleine vitesse,
lui qui connaissait
les temps d’être entouré par les gens,
lui qui composait
et lui, qui aimait
sans se fixer de la lumière rouge.
Lui…
Les drogues médicales,
ces drogues qui devraient se nommer
les substances qui assassinent,
le condamnent à la vie comme si dans un brouillard,
le brouillard qui l’éloigne du monde
et qui le fait connaître la solitude.

…Ensuite,
le « diagnostique » ultime.
« Cancer ».

…Et là,
ils empiffrent
L’HOMME,
des drogues,
encore,
et encore… !

Encore,
de la chimie, 
encore,
dans leur folie
qui ne trouve jamais
de sa fin…!
…Son corps, son esprit,
ne devraient surtout, jamais,
de se rappeler leur pouvoir.

Car…
…Serait-ce, déjà, trop tard…?

…Ai-je dit,
dans la partie précédente de ce texte,
que j’écrivais sans colère… ?
…Visiblement,
je me suis trompée,
je l’avoue, visiblement
je ne me trouve pas encore
à ce niveau tant élevé de la conscience,
à ce stade so high à ce point,
qui pourrait faire
que je ne la sente
absolument
jamais.

***

Je veux qu’on enregistre bien ces mots :
« Chacun qui, whenever, 
ait entendu ses œuvres
ses grandes musiques,
l’avouera :
la tentative, hélas: réussie…
de la mise en état pharmaceutisé
– donc : abattu,
euphémistiquement dit « a-calmé »… !,
mais bien sûr, et surtout: « géré de l’extérieur »,
et, bien sûr, « contrôlé »:
cet état où l’Être Humain
se trouve
coupé de la Source,
de sa puissance
originelle et naturelle –
DE L’HOMME
ET DE L’ARTISTE
sous un débile prétexte
– quel qu’il ne soit –
ÉTAIT UN CRIME.

…ÉTAIT
UN
CRIME.

 

→ → →

 

BALLADYNA↑WITCH ↑↑↑ AVRIL-MAY 2018 ↑
WWW.BALLADYNADETEMPETE.WORDPRESS.COM
↑ Site dédié à l’Âme Libre et au chemin de l’Humain ↑

 

Publicités